TOURISME ET PATRIMOINE

MaquetteCessenon-sur-Orb, blotti à flanc de colline sur une boucle  de l'Orb, est une des plus anciennes cités du Languedoc. Autrefois capitale  d'une châtellenie de 30 000 hectares, Cessenon compte aujourd'hui plus  de 2 000 habitants pour une superficie de 3 750 hectares. 
L'origine du nom est Celtique ou Ibère.

A  mi-chemin des premiers contreforts des Cévennes et du littoral Méditerranéen, Cessenon  possède une beauté naturelle d'une part par le maquis et la garrigue  qui se côtoient en donnant une multiplicité et une diversité d'essences porteuses d'agréables  senteurs tel que le genêt, le chêne vert, l'arbousier ...  et d'autre part par une situation stratégique.

 

Aussi conquêtes et  occupations se succédèrent et de nombreuses traces de ces époques diverses sont  encore aujourd'hui apparentes :
- Epoque Préhistorique (dolmen, tumulus, silex)  ;
- Epoque Wisigothe et Sarrasine (lieux dits " Maurerie, Sarrazy ", tombes  musulmanes, norias, chadouf) ;
- Epoque romaine (amphores, sépultures,  fragment de bas relief funéraire, villa).

Vue du village

Ce n'est cependant qu'en l'an 973 après  une étude de notre cartulaire que la confirmation de son ancienneté nous est  révélée.
Garsinde, veuve du comte de Toulouse donne son château à l'abbaye de  Saint Pons. De Garsinde à sa fille Adelaïde, de Aton IV à sa femme Cécile de  Provence, de Raymond de Trencavel à Hugues de Cessenon, seigneurs et rois  convoitèrent notre village.
Mais au XIIIième siècle les Cathares occupaient le  Midi de la France ; le pape Innocent III fait alors prêcher une croisade contre  eux et en 1 229 une armée conduite par Simon de Montfort, puis par Louis  VIII opposa les croisés du Nord aux Seigneurs du Midi. La période féodale se  termine par le rattachement du Languedoc à la couronne, la période royale  commence.
En 1 247, Saint Louis donne la Seigneurie de Cessenon au Sénéchal de  Carcassonne Hugues d'Arcis. Pour Cessenon commence une époque d'agression par  les baillis.

TourAu début du XVIème siècle, une vraie  dynastie de châtelains héréditaires, les Fraissinet de Vessas voit le jour. Le  village se relève, cependant le château pris et repris à plusieurs époques subit  de nombreux outrages. Le passage des soldats équivaut à chaque fois à un fléau  dévastateur. Les plus grandes mutilations lui sont infligées notamment en 1582  au cours des guerres de religion par les hommes du capitaine Bacon et en 1585  par Henri de Joyeuse.
Les villageois, lors d'une visite à Montpellier de  Louis XIII, demande la démolition du château. Elle est effective en 1633. Seule  une tour massive servant de clocher garde l'emplacement de la forteresse.  Désormais les châtelains occupent paisiblement leur grande maison seigneuriale  dans la rue de la Font Sucrée. Dès 1640 et durant un siècle et demi la famille  des princes de Condé de Conti jouissent de notre châtellenie. Après avoir été  nommé par Louis XIII gouverneur du Languedoc, le Comte de Provence frère de  Louis XVI l'achète. Il deviendra le roi Louis XVIII.